04.03.2018_Béa va nous manquer…………

Petit évènement dimanche dernier au Stade des Chardons. En effet, à l’issue du match des Blanquinettes face à AYZE, la gardienne Béatrice CLERC a décidé de raccrocher les gants ou plutôt de les enfouir derrière une cage ! Une longue histoire d’amour se termine avec le foot en tant que joueuse mais qui sait ……

Passionnée du ballon rond dans la cours de récrée pendant ses années collège, au grand désespoir de « Poussin », un papa très engagé dans le milieu du foot sur notre district, Béatrice CLERC a fait ses débuts de gardienne dans des cages plus petites et à l’abri des intempéries au Handball Club de Cruseilles, mais au début des années 2000, la génétique l’emporte, elle rejoint donc les féminines de l’ES VIRY. Son coach V. Dupré, lui fera perdre ses habitudes de gardienne de hand et développera ses aptitudes footballistiques physiques mais surtout vocales, ce qui lui vaudra le surnom de « Goalminator ».

Une décennie plus tard, après quelques vendredis en vétéranes, où le rythme n’est pas régulier et le manque de ballon se fait sentir, elle rejoint les Bois Chardons pour renforcer l’équipe loisir des féminines qui, quelques mois après, sera engagée en championnat.

Après 4 ans de compétition au côté des Blanquinettes, avec qui elle a partagé son bel état d’esprit, sa combativité et sa bonne humeur, celle qui aura effrayé toutes les attaquantes du district, et même si l’envie est toujours présente, son corps de quarantenaire ne suit plus, Béa raccroche ses gants, plutôt Béa enterre ses gants au Stade des Chardons !

Nous lui souhaitons une bonne retraite de joueuse, un bon parcours avec la team supporters et par avance un bon rétablissement pour sa future opération. 

Nous qui l’avons suivi pendant toutes ses années, voici quelques perles de son incontournable vocabulaire du dimanche matin :

•           ça va glisser comme un pet sur une toile cirée !

•           On est pas venues déguisées en feuille de chou se faire brouter le cul par des lapins !

•           Parfait Peccable !

Ses sœurs de lait